La filière Mode et Luxe

La filière Mode et Luxe-Confederation des arts de la table

Les Comités Stratégiques de Filière

Les Comités Stratégiques de Filière (CSF) sont un élément central de la démarche inhérente au Conseil National de l’Industrie. L’objectif est d’instaurer, via ces instances, un dialogue concret, performant et régulier entre l’Etat, les entreprises et les représentants des salariés sur tous les sujets-clés qui permettront la reconquête industrielle française, et ce, filière par filière.

18 CSF sont actuellement labellisés au sein du Conseil National de l’Industrie. Chaque CSF se définit par un périmètre clair, une présidence portée par un industriel représentatif du secteur, une volonté des industriels du secteur de se coordonner et de se structurer, et enfin une définition commune des problèmes liée à une acceptation partagée du moyen pour les résoudre. Ce mode de résolution est aujourd’hui commun aux filières : il s’agit du contrat de filière.

Ces contrats visent à structurer de manière concrète l’action des CSF. Ils recensent des projets structurants pour la filière qui engagent de manière réciproque  l’Etat et les acteurs privés.  Ces projets  se développent autour de 5 axes prioritaires :

  • transition numérique et digitalisation de la filière,
  • développement de projets de recherche et d’innovation,
  • promotion de de l’emploi, de la formation et des compétences pour la filière,
  • conquête de nouveaux marchés à l’international,
  • accompagnement des PME de la filière.

Le Comité de Filière Mode & Luxe

La filière Mode & Luxe est d’une importance capitale pour l’économie française. La France est en effet le premier acteur mondial du secteur, secteur qui se développe rapidement sur un marché international à la croissance soutenue et aux potentialités réelles.

La filière regroupe les activité suivantes:

  • Art de la table;
  • Textile ;
  • Mode et habillement ;
  • Travail du cuir ;
  • Horlogerie ;
  • Bijouterie ;
  • Joaillerie.

Caractérisée par une grande diversité d’acteurs et de métiers répartis sur le territoire, la filière est composée de grands groupes (LVMH, Kering , Hermès…), de marques de créateurs comme de prêt à porter, d’artisans et d’entreprises de fabrication, dont une grand majorité sont des PME, voire des TPE, réunies parfois au sein de petits groupes familiaux.

Les grands enjeux de la filière

Fortes d’un marché mondial dont la croissance se poursuit et de la notoriété de Paris, les grandes marques de luxe françaises confirment leur hégémonie. En regard, les PME de l’industrie du luxe, moins visibles, sont en prise directe avec une vive concurrence internationale et doivent ainsi réussir à maintenir leurs capacités de production, préserver leur savoir-faire, évoluer vers de nouveaux modèles de compétitivité et permettre ainsi à Paris, capitale de la mode, de conserver son pouvoir d’attraction.

La filière Mode et Luxe est confrontée à de nouvelles problématiques : transformation des comportements des consommateurs, importance de l’expérience client, émergence de façons inédites de produire et de vendre. Tout cela nécessite l’adaptation des compétences et des métiers, des politiques d’excellence en recherche et développement, le déploiement de technologies innovantes, des besoins importants en financement, la transmission des outils de production, une attention particulière à porter aux ressources et à l’environnement, ainsi qu’à l’humain et au sens.

« Savoir pour faire », la campagne de sensibilisation et de recrutement

« Savoir pour faire », c’est:

  • une campagne nationale de recrutement, dédiée à ses métiers techniques;
  • une nouvelle vision du savoir-faire français, où l’héritage n’empêche pas d’innover.
  • l’union de toute une filière, celle consacrée à la Mode et au Luxe;
  • recruter 10 000 personnes dans les métiers techniques de la filière mode et luxe.

En savoir plus sur la campagne « Savoir pour faire »: www.savoirpourfaire.fr/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *